8 spécialités corses pour se mettre en appétit

Terre de tradition, la Corse sait contenter tous les amateurs de bonne chère ! Que vous soyez un bec sucré ou bien un amateur de charcuterie ou de fromages, la gastronomie corse saura faire frétiller vos papilles lors d'un prochain voyage...

Le figatellu

Le figatellu est LA charcuterie incontournable en Corse. Cette saucisse sèche composée de viande et de foie de porc est parfumée aux épices, à l’ail et même au vin rouge. Pas étonnant lorsque l’on sait que le mot "figatellu" vient de "fegatu" qui signifie "foie" en Corse. Il est traditionnellement produit à partir de porcs originaires de l’île. Séché ou fumé, il prend la forme d’un U et se doit d’être consommé peu de temps après sa préparation. Il peut être dégusté cru (sec), comme un saucisson ou cuit : grillé au feu de bois, rôti au four et frit à la poêle avec ou sans sauce… A votre convenance.

Le lonzu

Le lonzu est l’un des produits phares de la Corse. Il est fabriqué à partir de parties maigres du cochon. Salé après avoir été découpé, il est mis au frais pendant cinq à sept jours puis lavé dans du vin avant d’être séché et poivré. Cette cochonaille est ensuite placée dans un boyau de porc ficelé et fumé. Il est préférable de le conserver en cave au minimum pendant trois mois avant d’être consommé. Il se mange cru, à l’apéritif ou en entrée, ou encore cuit. Depuis 2011, le lonzu bénéficie de l’appellation d'origine protégée (AOP).

La coppa

Un vrai savoir-faire… Originaire d’Italie du Nord, la coppa est également produite de façon artisanale en Corse. Cette charcuterie est réalisée à base d’échine de porc désossée, salée et aromatisée (le plus souvent au poivre) avant d’être séchée à l’intérieur d’un boyau naturel pendant plusieurs mois. Plus elle s’assèche, plus elle s’affermit. La coppa se consomme, généralement, crue et en fines tranches. A noter, qu’il est difficile de trouver la vraie coppa artisanale en dehors de l’Ile de beauté.

Le brocciu

"Qui n’en a pas goûté ne connaît pas l’Ile", écrivait Emile Bergerat à la fin du XIXe siècle. Le brocciu est LE fromage Corse par excellence. La meilleure période pour le déguster ? Entre décembre et avril, pendant l'hiver. Fondant, moelleux, crémeux et parfois même mousseux… il est préparé à partir de petit-lait (lactosérum) de chèvre ou de brebis. Son goût est très doux. Il se consomme surtout, frais, à la fin d’un repas. Produit emblématique de la gastronomie corse, il entre aussi dans la préparation de plusieurs plats traditionnels comme les cannellonis au brocciu ou encore le fiadone. Il peut également être affiné : on l’appelle alors "brocciu passu". Il doit être affiné à minima pendant 21 jours. Le brocciu bénéficie de l’appellation d'origine contrôlée depuis 1983 mais aussi de l’appellation d'origine protégée (2003).

Le fiadone

Dessert emblématique de la Corse, le fiadone se prépare avec du brocciu, fromage originaire de l’Ile de beauté préparé à partir de petit-lait (lactosérum) de chèvre ou de brebis. Des oeufs, du sucre et un zeste de citron sont également nécessaires à sa préparation. Ce gâteau similaire à un flan nécessite quarante minutes de cuisson. Le fiadone tel qu’on le connait en Corse ne gonfle pas. Onctueux, il n’en est pas moins doré à l’extérieur.

Les beignets au brocciu

Croustillants, moelleux… les beignets au brocciu sont une des spécialités incontournables de la cuisine corse. Très faciles à préparer, ils se composent du célèbre fromage portant le même nom, de farine, d’oeufs, d’eau, de levure, d’une pincée de sel, d’un zeste de citron et de sucre glace. Ils peuvent se consommer à n’importe quel moment de la journée et leur saveur est particulièrement appréciée lorsqu’ils sont encore tièdes.

Les canistrelli

Ces petits biscuits secs et croquants sont déclinés et déclinables à l’infini. Ils peuvent être parfumés au citron, à l’anis, au goût d’amandes, de pépites de chocolat ou agrémentés de raisins secs. En Corse, on les déguste aussi bien à l’heure du thé qu’au petit déjeuner. Ils se composent de farine de blé, de vin blanc et de sucre. Ces gâteaux sont facilement réalisables à la maison. Pas étonnant qu’on en retrouve dans toutes les cuisines de l’Ile de beauté. A consommer – presque - sans modération.

Les gâteaux à la farine de châtaigne

La farine de châtaigne, ou "farina castagnina corsa", est une véritable tradition en Corse. Elle dispose depuis 2006 d’une AOC, et depuis 2010 d’une AOP au niveau européen. Pour cela, elle doit respecter un certain nombre de caractéristiques. La farine doit être réalisée avec des variétés de châtaignes locales et respectant un savoir-faire ancestral sans traitements chimiques. Historiquement utilisée pour faire du pain ou des galettes, elle entre aujourd’hui dans l’élaboration de nombreuses spécialités culinaires corses, notamment les gâteaux. Son goût subtil apporte des saveurs surprenantes aux moelleux, cakes et autres flans qui se dégustent aussi bien le matin au petit déjeuner qu’en dessert.

Se rendre en Corse 

Aller
plus loin