Randonnée vivifiante entre amis sur la côte des légendes en Bretagne

Itinéraire

BretagneNature et Activités OutdoorLittoral Entre amis

  • durée7 jours
  • étapes7 étapes

Carantec - Bretagne
© Alexandre Lamoureux/OT Baie de Morlaix - Carantec - Bretagne

Temps de lecture: 0 minPublié le 20 avril 2024, mise à jour le 14 juin 2024

Entre jolis ports de pêche, dunes préservées et rochers de granit, la randonnée GR 34 promet des moments mémorables entre amis. Considéré comme un incontournable pour les marcheurs de tous niveaux, cet ancien sentier des douaniers serpente la baie de Morlaix jusqu’à Brignogan-Plages. À vous les superbes points de vue et les escales charmantes.

Jour 1 : Cité portuaire de Morlaix

Morlaix, France
Port de Morlaix - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Port de Morlaix - Bretagne

Bienvenue à Morlaix, cité portuaire emblématique, nichée entre deux vallées sous la garde d'un viaduc du XIXe siècle. Avant de vous lancer dans l'aventure du GR 34, prenez le temps d'explorer Morlaix. Flânez le long des quais et perdez-vous dans les ruelles de la vieille ville, où maisons à colombages et édifices romans et gothiques ponctuent les rues pavées.

La ville regorge de circuits pédestres proposés par l'Office de tourisme pour découvrir ses joyaux architecturaux, dont les célèbres maisons à Pondalez, trésors locaux du XVIe siècle. Ne manquez pas la Grande Rue piétonne et ses boutiques, parfaites pour dénicher pulls marins et spécialités bretonnes pour vos pique-niques futurs : rillettes de maquereau, coquilles Saint-Jacques, du bon beurre salé, du cidre et des crêpes bien fraîches. 

Terminez la journée dans l’une des crêperies de la ville pour dîner, à moins que vous ne préfériez l’ambiance conviviale du Grand Café de la Terrasse, une institution de la place des Otages au charme Belle Epoque - grands miroirs dorés et banquettes rouges. 

Où dormir ? À l’Hôtel du Port, situé non loin du viaduc et de l’ensemble culturel de l’ancienne Manufacture des Tabacs. C’est également l’adresse la mieux placée pour débuter la marche.

Jour 2 : De Morlaix à Carantec (25 km)

Carantec, France
Carantec - Bretagne
© Alexandre Lamoureux/OT Baie de Morlaix - Carantec - Bretagne

La randonnée peut enfin commencer ! En route pour la très chic station balnéaire de Carantec en longeant la corniche. On suit avec plaisir les courbes de la rivière de Morlaix qui s’élargit à l’approche de la mer. C’est le domaine des goémoniers, des ostréiculteurs et des paysans-marins, un superbe mix breton de forêts et de champs de vaches, de petits ports et de villages chapeautés d’ardoises. 

À mi-chemin, vous croiserez la charmante bourgade de Locquénolé dont les maisons typiques se sont blotties le long d’une pente boisée, entre la grève et le tronc noueux d’un Arbre de la Liberté plusieurs fois centenaire. Prenez le temps de flâner, visiter son église du XVIIe siècle, et pourquoi pas, pique-niquer face à la mer au port du Dourduff ?

Après avoir longé la corniche et pris le temps d’admirer la baie de Morlaix et l’embouchure de la rivière, striée çà et là par les piquets des parcs ostréicoles, vous parviendrez à Carantec, l’une des stations balnéaires les plus jolies et les plus chics du Finistère nord. 

Le sentier des douaniers fait le tour de sa presqu’île, offrant d’inoubliables points de vue sur le château du Taureau (une île-forteresse dessinée par Vauban), l’île Louët (avec son phare blanc et sa petite maison de gardien que l’on peut louer le temps d’un week-end), la pointe de la Chaise du Curé, le port et l’île Callot que l’on peut rallier en empruntant une route qui se découvre à marée basse (faites attention à ne pas vous faire enfermer sur l’île à marée haute : les horaires de passage sont indiqués à l’entrée de la route submersible). 

Vous avez bien mérité votre pause gourmande… À Carantec, régalez-vous dans l'une des bonnes adresses de la ville, dont Ty Pot, un bistrot accueillant qui sert de délicieux plats dans une atmosphère conviviale. 

Où dormir ? Pour la nuit, Carantec propose des chambres d'hôtes cosy et des hôtels, comme l'Hôtel de la Baie de Morlaix, un établissement trois étoiles au cœur de la ville, promettant détente et confort avec une décoration moderne et des touches de couleurs vivifiantes.

Jour 3 : De Carantec à Roscoff (26 km)

Roscoff, France
Vieux port de Roscoff - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Vieux port de Roscoff - Bretagne

De Carantec au port de Roscoff, le paysage s’ouvre sur la première région maraîchère de France, avec des serres de tomates, des champs d’oignons, de pommes de terre et de choux-fleurs. La côte s’échancre à nouveau au passage de la rivière Penzé où viennent se réfugier les voiliers par gros temps. La lumière évolue sans cesse, tout comme le littoral qui se couvre puis se découvre au rythme des marées. 

Après avoir traversé le pont de la Corde et admiré en contrebas les maisons aux volets bleus du hameau, vous longerez la côte qui mène à Saint-Pol-de-Léon, une cité-évêché pittoresque peuplée de belles maisons bourgeoises en granit. Si vous avez le courage de grimper jusqu’au centre-ville, vous pourrez admirer sa superbe cathédrale (tout juste restaurée) du XIIIe siècle, ainsi qu’une chapelle dont le clocher de 80 mètres domine les champs. 

Pique-niquez sur l’une des plages de l’îlot Sainte-Anne et ses beaux panoramas sur Carantec et l’île Callot, ou déjeunez dans l’un des restaurants de la ville comme Quai Ouest et sa cuisine savoureuse, sa superbe vue mer et son emplacement les pieds dans l’eau. Il s’est associé à une coopérative locale pour lutter contre le gaspillage alimentaire en proposant un menu entrée-plat-dessert à moins de 12€ réalisé avec des produits frais. Pas mal non ?

Une bonne marche digestive vous mènera ensuite vers RoscoffÀ la fois station balnéaire, port de pêche, de plaisance et de commerce, l’ancienne cité corsaire dévoile un joli front de mer et des ruelles pavées bordées par d’élégantes maisons en granit datant des XVIIe et XVIIIe siècles. On prend plaisir à s’y promener, le visage fouetté par l’air marin, à visiter sa splendide et très colorée église gothique, à observer les statuettes sculptées sur les façades, les boutiques de produits marins, les devantures gourmandes des crêperies. 

Où dormir ? À l’hôtel Mercure qui occupe une élégante bâtisse en granit et dont les chambres douillettes offrent, pour la plupart, un beau panorama sur la mer, l’île de Batz et la fameuse estacade de la cité corsaire. 

Jour 4 : Roscoff – Ile de Batz (entre 10 et 15 km pour faire le tour de l’île)

Île de Batz, Île-de-Batz, France
 Ile de Batz - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Ile de Batz - Bretagne

Cap sur l’île de Batz à seulement 3 km de Roscoff. Accessible toute la journée en dix minutes de traversée, Batz est si proche du littoral breton qu’elle en offre un condensé miniature, virgule marine ourlée de plages reliées les unes aux autres par des cordons de granit et de galets polis. Sur cette île-potager quadrillée de champs sablonneux où poussent carottes, choux-fleurs et pommes-de-terre nourris au goémon, les jardins tapissés d’agaves, de yuccas et de cactus témoignent de la douceur du microclimat. 

Vous pouvez faire le tour de l’île en marchant, ou louer des vélos, ce qui facilitera la découverte de cette île typiquement bretonne de 3,5 km de long. 

En longeant la côte vers l’est, vous tomberez sur le superbe Jardin George Delaselle, une oasis végétale protégée du vent par un halo de dunes, une œuvre bucolique où s’épanouissent plus de 2 500 espèces originaires des cinq continents, dont une majorité en provenance de l’hémisphère sud. Dans ce jardin paysagé, les plantes exotiques, la palmeraie, la cacteraie et la pelouse de cordylines forment une belle invitation fleurie à la rêverie… 

Après avoir longé la côte nord où de paisibles chevaux broutent consciencieusement l’herbe salée, vous atteindrez l’ouest de l’île, la partie la plus sauvage et la plus granitique. Installez vous joyeusement sur la terrasse de la Crêperie du Phare pour dévorer de succulentes spécialités bretonnes avec vue sur la mer. 

Où dormir ? Réservez les yeux fermés aux Herbes Folles, un hôtel-restaurant plein de charme situé au niveau de l’embarcadère.

Jour 5 : De Roscoff à Moguériec (23 km)

 Presqu'île de Perharidy - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Presqu'île de Perharidy - Bretagne

De retour à Roscoff, vous longerez de nouveau le GR 34 qui suit fidèlement l’ancien chemin de douaniers créé à la fin du XVIIIe siècle pour lutter contre la contrebande. Les douaniers qui la parcouraient autrefois pouvaient ainsi repérer les débarquements illicites de marchandises sur les côtes bretonnes, raisons pour lesquelles vous verrez sur votre parcours d’anciens corps de garde camouflés dans les rochers. 

Après avoir fait le tour de la presqu’île de Perharidy, ombrée de pins maritimes, et longé la station balnéaire de Santec-sur-Mer, vous atteindrez la vaste plage du Dossen. 

Le Dossen, c’est le paradis des cavaliers et des chars-à-voile à marée basse, le spot incontournable des planchistes, kiteurs et surfeurs de la région. C’est un bonheur de voir tous ces sportifs se jeter courageusement dans l’eau fraîche. Ça vous tente ? 

Ensuite, direction les dunes pour pique-niquer. Si vous n’avez pas envie de croquer dans un sandwich, filez au Beach Break, un lieu ultra convivial pour grignoter des crêpes, tapas et petits plats maison avec vue sur le large, les vagues, et l’île de Sieck. 

Puis, reprenez votre route le long des dunes qui ourlent les rivières de l’Horn et du Guillec, points d’observation de nombreux oiseaux marins comme l’huîtrier pie, l’aigrette ou le gravelot à collier. 

Sur le trajet vous menant à Moguériec, faites un petit détour par le château de Kerouzéré, une merveille du XVe siècle classée aux Monuments historiques. Il s’agit de l’unique forteresse de cette époque à visiter dans le Finistère. Ce château est en excellent état, avec ses trois tours rondes à créneaux et mâchicoulis surmontés de toitures en flèches, ses murailles en pierres de taille et courtines percées de meurtrières.  

Encore un peu de marche et vous voilà enfin à Moguériec, un petit port typique de caseyeurs. Par forte tempête, le spectacle des vagues s’écrasant le long de la digue qui protège les bateaux de pêche est à couper le souffle. Cette partie de la côte, qui n’est plus abritée par les îles, est en effet particulièrement soumise aux éléments. La houle malmène le littoral qui est déchiqueté en un chaos de roches granitiques. 

Où dormir ? À La Marine car c’est le seul hôtel du coin ! Fort heureusement, il se trouve au bord de la mer, est très confortable et propose une cuisine authentique réalisée avec des produits locaux. Que demander de plus ?

Jour 6 : De Moguériec à Plouescat (21 km)

Plage des Amiets - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Plage des Amiets - Bretagne

Autour de Moguériec, la côte est beaucoup moins habitée et l’on s’engage dans une Bretagne nettement plus brute et sauvage. C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme et la beauté de cette partie du littoral, celle qui mérite le mieux le surnom de « côte des Légendes ». À chaque détour de sentier, on s’attend à voir un korrigan (créature légendaire issue du folklore breton). Mais ce sont des surfeurs, sourire banane et planche sous le bras, que vous croiserez le plus souvent !

En poursuivant vers l’ouest, vous croiserez également de belles plages de sable fin qui n’ont rien à envier à celles des Maldives ! À commencer par la plage des Amiets où l’on aimerait bien paresser toute la journée… Ce sera un bon spot pour couper la route, à moins que vous ne préfériez pousser jusqu’à la ravissante plage blonde de Kerfissien. 

Après cette pause au milieu des herbes de dunes, vous mettrez le cap vers la station balnéaire classée de Plouescat. Vous aurez alors tout le loisir d’admirer sa façade maritime qui s’étend sur près de 13 km, entre massifs dunaires et blocs de granit dont les formes étranges et poétiques éveillent l’imagination. Située dans une région réputée pour la richesse de sa production maraîchère, cette ville de caractère surprend avec ses belles halles du XVIe siècle dotées d’une charpente en bois. 

Où dormir ? Nous vous conseillons l’Hôtel Spa Côte des Sables qui cumule les avantages : des chambres spacieuses avec vue sur la sublime baie de Kernic, un spa pour soulager les muscles douloureux et un restaurant convivial pour déguster de bons produits du terroir.  

Jour 7 : De Plouescat à Brignogan-Plages (20 km)

Plouescat, France
Plage de Porsguen - Bretagne
© Alexandre Lamoureux - Plage de Porsguen - Bretagne

Après avoir longé l’anse du Kernic en foulant le sable doux des plages de Porsmeur et de Porsguen, c’est parti pour la toute dernière étape de cette randonnée sur la côte des Légendes. À partir de maintenant, c’est le royaume des dunes qui ondulent et se déplacent au moindre souffle.

En marchant vers la baie du Goulven, les dunes de Keremma s’étirent sur plus de 6 km, modelées par le vent et les courants. Un lieu magique entre terre et mer, qui entremêle de longues plages de sable blanc, des étangs et des prés salés où se dandinent les aigrettes blanches. Le Conservatoire du littoral, propriétaire des dunes, veille à conserver la diversité biologique de ces lieux. 

Vous souhaitez en savoir plus sur cette région, sa faune et sa flore ? Rendez-vous à La Maison des Dunes et de la Randonnée, un espace muséographique qui propose un chemin d’interprétation pédagogique, des visites commentées et balades découvertes. 

Pour fêter cette dernière ligne droite en pays breton, direction la crêperie de Saint Goulven. Lovée dans une ferme fleurie entourée d’animaux, ce restaurant chaleureux offre d’excellentes crêpes sucrées et galettes salées, mais également de bons plats typiques comme le ragoût de veau paysan, la tarte de blé noir à l’échalote, le rôti de porc au cidre ou le fameux kig ha farz breton (sur commande uniquement pour ce dernier). 

D’un pas assuré, suivez le sentier de douaniers jusqu’à Brignogan-Plages, une station balnéaire charmante. Ce sera l’occasion d’admirer ses belles villas de bord de mer, le phare de Pontusval, la chapelle Pol ou le curieux menhir de Men Marz. Une belle façon d’achever cette randonnée vivifiante.

Conseils et recommandations

Envisagez votre voyage en dehors de la saison estivale. Ainsi, vous profiterez des sentiers de randonnée avec moins d'affluence, et découvrirez les paysages d'une manière plus intime et authentique.  

Par Alexandra Chassin

Journaliste

Journaliste spécialisée dans le tourisme, elle est toujours curieuse et enthousiaste à l'idée de découvrir une nouvelle destination. Son contact chaleureux facilite les rencontres et les échanges de bons plans: vous pouvez compter sur elle pour vous dénicher les bonnes adresses et concocter le voyage qu'il vous faut!

Voir plus