À l'abordage ! Les côtes bretonnes à bord d’un vieux gréement

Et si on prenait la mer en Bretagne pour admirer la beauté de la côte ? C’est encore mieux en embarquant sur un vieux gréement, ces voiliers traditionnels, soigneusement entretenus au fil des ans ou répliques fidèles des dundees, langoustiers et autres thoniers d’antan. Toutes voiles dehors, on peut s’essayer à la plaisance sur le pont en bois qui craque ou se laisser simplement porter sur les flots. Vous en rêvez ? Alors, hissez haut ! On largue les amarres…

Voguer comme au 18e siècle sur l’Étoile du Roy

Au pied des remparts de Saint-Malo, chaussez vos bottes, attrapez votre tricorne et sautez sur le pont de l’Étoile du Roy, une incroyable frégate Corsaire, 3e plus grand voilier traditionnel français. 20 canons toujours en place, 790 m² de voilure, une figure de proue comme dans les livres d’images… Il suffit de franchir la passerelle pour remonter le temps. Envie de naviguer au long cours sur ce fameux trois-mâts ? Des convoyages vers Paimpol ou Roscoff sont ouverts aux volontaires. Chiche !
L'Étoile du Roy (Lien externe)

Hisser la voile sur l'An Durzunel

Cap sur la baie de Cancale pour une balade pleine de sel à bord de l’An Durzunel, la tourterelle en breton. Reconstruit selon les plans d’époque, cet ancien bateau de pêche est ardent dans la brise. L’idéal pour s’initier aux manœuvres. Moussaillon d’un jour, au foc ou à la misaine, on tire, on hisse, on borde et on tient bon la barre. On peut même faire du "rase-cailloux", le Mont Saint-Michel en vue !
An Durzunel (Lien externe)

S’initier à l’aquarelle à bord d'Eulalie

Parés ? Sur les quais de Lézardrieux, à quelques encablures de l’île de Bréhat, Eulalie, belle chaloupe sardinière au large pont, accueille confortablement son équipage. On embarque vivres et boîtes d’aquarelle pour un cours de peinture au milieu de l’océan. Le taillevent et la misaine hissés, les pinceaux peuvent naviguer sur le papier. Phare à bâbord, chalutier au large, rochers roses de Bréhat en vue… La Bretagne prend la pose en beauté !
Eulalie (Lien externe)

Naviguer à l’ancienne sur La Recouvrance

150 tonnes, 9 voiles, 430 m² de voilure, 4 kms de bouts, 130 poulies… Les mensurations de la Recouvrance ont de quoi impressionner les apprentis matelots surtout lorsque la fière goélette, toute de bois vêtue, s’élance dans la rade de Brest. Réplique d’un aviso de 1817, bateau militaire dédié aux plis urgents, La Recouvrance prend son cap à l’ancienne et l’équipage en herbe un cours de navigation, avec cartes, compas de visée et règle de Cras. On vire ! Attention la tête. Avec ses 600 kilos, la baume pourrait en assommer plus d’un !

La Recouvrance (Lien externe)

Observer les oiseaux depuis le Saint Guirec

Depuis Perros-Guirec, les Sept-Iles et leurs trésors ne sont qu’à quelques miles, paradis pour les oiseaux et les ornithologues au pied marin. Sur le Saint Guirec, coquette réplique d’un langoustier de 1920 à la belle coque verte et aux voiles couleur caramel, on est aux premières loges pour guetter fous de Bassan, cormorans et macareux en habit noir et blanc nichant dans les falaises. On se passe les jumelles. Il n’est pas rare qu’un phoque gris dodu s’invite dans la visée !
Le Saint Guirec (Lien externe)

Pique-niquer à bord de l’Ausquémé

Et si on dégustait quelques produits de la mer… en mer sur le pont vernis d’un vieux gréement ? Dans la Baie de Cancale, l’Ausquémé, construit en 1942 pour le dragage des huîtres plates dans le golfe du Morbihan est un beau voilier du patrimoine breton. Le temps de quelques ronds dans l’eau, le voilà cuisine et restaurant à ciel ouvert. Déguster des huîtres dans les embruns promet d’être tonique et revigorant !
L'Ausquémé (Lien externe)

Pêcher le thon sur Le Biche

Le dernier thonier dundee de l’Atlantique qui fit tant de campagnes de pêche à la voile depuis l’île de Groix, son port d’attache, a fière allure. Construit en 1934, restauré en 2012, le Biche reprend du service pour des croisières iodées au large de la Bretagne. Toutes lignes sorties, il faut le voir filer au vent. Ça ne mord pas à tous les coups, mais on s’essaie à la manœuvre avec un équipage de vieux loups de mer prompt à raconter ses exploits.
Le Biche (Lien externe)

Se prendre pour Surcouf, le roi des corsaires

Envie de chevaucher les flots comme Surcouf, célèbre corsaire de Saint-Malo ? Alors à l’abordage ! Et embarquement immédiat sur la réplique de son navire rebelle, le bien nommé "Renard", un cotre racé, paré de jaune et de noir, qui cingle de fort en fort le long de la côte d’Émeraude. L’équipage ne désarme pas mais on peut donner un coup de main voire prolonger l’aventure pour rallier un rassemblement de vieux gréements ou le départ d’une Transat. Magique !
Le Renard (Lien externe)

Assister aux Fêtes maritimes internationales de Brest

Pour la 8e édition des Fêtes maritimes internationales, cap sur Brest 2020, du 10 au 16 juillet de l’an prochain. Comme tous les quatre ans depuis 1992, il y a aura du monde sur les pontons et dans la rade pour ce festival rassemblant les plus beaux et plus grands voiliers du monde. 1 050 étaient au rendez-vous en 2016 avec 9 000 marins venus de 25 nations. Et pourquoi pas vous ?
Fêtes maritimes internationales de Brest (Lien externe)

Se rendre en Bretagne 

Aller
plus loin