"Mes fleurs sont très heureuses dans le 20e arrondissement de Paris"

Inspiration

ParisNature et Activités OutdoorVilles

Masami Lavault fait pousser des dizaines de variétés de fleurs en toutes saisons en plein Paris.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - Masami Lavault fait pousser des dizaines de variétés de fleurs en toutes saisons en plein Paris.

Temps de lecture: 0 minPublié le 9 mars 2023

Depuis 2018, Masami Lavault fait pousser des dizaines de variétés de fleurs, dans un champ en pleine terre jouxtant le cimetière de Belleville : la première ferme florale de Paris ! Rencontre avec cette Parisienne de naissance, qui aime la vie au grand air et contribue à la végétalisation de la capitale.

Cultiver des fleurs dans un champ à Paris, ce n'est pas très courant…

Masami Lavault : Je suis la première dans toute la capitale à faire pousser des fleurs en pleine terre ! Le terrain fait 1200 mètres carrés, il appartient à la mairie de Paris qui me l'a loué en 2016 pour 10 ans, dans le cadre de l'appel à projets Parisculteurs. Je partage les lieux avec deux associations : une pépinière de quartier et une structure qui favorise l'insertion grâce à des chantiers d'espaces verts.

Les fleurs se plaisent-elles en ville, ou vivent-elles mieux à la campagne ?

La ferme florale dans le 20e arrondissement de Paris.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - La ferme florale dans le 20e arrondissement de Paris.

Masami Lavault : Mes fleurs sont très heureuses ici, dans le 20e arrondissement de Paris, à deux pas du cimetière de Belleville. C'est plutôt moi qui dois m'adapter à cet environnement urbain. Il faut tenir compte des immeubles autour, qui peuvent modifier l'ensoleillement. Et il y a aussi des tourbillons d'air froid sur le côté ouest, car le terrain est juste au pied d'un énorme réservoir d'eau avec un haut mur en pierre. Pour établir un plan de plantation, ici, c'est un vrai casse-tête.

Quelles variétés de fleurs peut-on cultiver à Paris ?

Quand elle ne cultive pas des tulipes ou des roses, Masami Lavault se consacre aux mauvaises herbes qui peuvent donner de très belles fleurs.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - Quand elle ne cultive pas des tulipes ou des roses, Masami Lavault se consacre aux mauvaises herbes qui peuvent donner de très belles fleurs.

Masami Lavault : Toutes celles qui supportent un climat tempéré. Il peut faire jusqu'à -10°C pendant l'hiver, et +42°C au cours de l'été. Je sème donc toute l'année, en tenant compte des amplitudes de température, des particularités des différentes zones du terrain. Les possibilités sont immenses, à condition de faire un très gros travail de planification en amont. Cette année, je vais cultiver plus de 80 variétés et espèces différentes. Des tulipes, des dahlias, des roses, de la menthe, du basilique, des haricots d'ornement… Et même des adventices, des mauvaises herbes qui peuvent donner de très belles fleurs.

À qui vendez-vous votre production?

De mars à octobre, on choisit ses fleurs et on repart avec son bouquet… L’hiver, Masami en profite pour préparer le terrain.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - De mars à octobre, on choisit ses fleurs et on repart avec son bouquet… L’hiver, Masami en profite pour préparer le terrain.

Masami Lavault : À des fleuristes des environs, que je livre en vélo. Ils trouvent chez moi des fleurs commercialisées à Rungis, mais aussi des variétés rares, dont je tairai le nom pour garder mes petits secrets. Je vends aussi beaucoup à des particuliers, qui peuvent me contacter sur mon compte Instagram, pleinairparis. Plusieurs fois dans l'année, le samedi, ma ferme florale est aussi ouverte au public lors d'un marché aux fleurs. L'entrée se trouve au fond de l'allée principale du cimetière de Belleville, sur la droite. Les visiteurs choisissent leurs fleurs avec moi, et je les coupe devant eux. On ne peut pas faire plus frais ! Ils repartent avec leur bouquet, tenu par un simple élastique. Ici, pas d'emballage en plastique, de papier ni d'aluminium.

A-t-on besoin, à Paris, d'insecticides spéciaux pour combattre les petites bêtes ?

Ici, les plantes de Masami poussent sans aucun produit chimique.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - Ici, les plantes de Masami poussent sans aucun produit chimique.

Masami Lavault : Absolument pas. Mes plantes ne sont pas labellisées bio, mais elles poussent sans le moindre produit chimique. Avant de m'installer ici, j'ai travaillé à l'étranger dans des fermes spécialisées en agriculture biodynamique. J'ai pu ramener d'Asie des souches de bactéries, que je cultive chez moi. Ces micro-organismes, j'en fais une sorte de cocktail, une solution probiotique pour le sol et la flore, que je diffuse dans le système d'irrigation.

Vous travailliez auparavant comme designer industriel à Londres. Quel changement de vie !

Retour à Paris et changement de vie pour Masami.
© Jean-Philippe Glatigny / Visavu pour France.fr - Retour à Paris et changement de vie pour Masami.

Masami Lavault : Ce métier n'avait pour moi aucun sens, il était en contradiction avec mes valeurs. Moi qui suis née à Paris, qui ai connu le salariat, je suis très heureuse de vivre aujourd'hui dehors, en plein air, libre. La nature, elle, n'est pas soumise, elle n'entend rien à la subordination. On a beau tout penser, tout planifier, les fleurs peuvent n'en faire qu'à leur tête. Il leur arrive de fleurir plus tard qu'à la date prévue. Ou de se choisir une autre couleur que celle attendue.

Par France.fr

Le site France.fr vous parle d'une France inattendue qui revisite la tradition et cultive la créativité. Une France bien au-delà de ce que vous imaginez...

Voir plus