Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Les adresses marseillaises d’un prince de la nuit

Christian Mellon, fondateur du collectif Borderline.

Apéros sur un bateau, soirées au Mucem, bars éphémères… Le collectif Borderline a réveillé la nuit marseillaise. Son fondateur, Christian Mellon, nous livre ses adresses préférées à Marseille, de nuit... comme de jour.

Son nom ne vous dit probablement rien mais son collectif, Borderline, est à l’origine de nombreux évènements qui séduisent les noctambules phocéens, trentenaires ou quinquas. "J’ai créé Borderline en 2010, avec un ami. Nous voulions organiser des soirées qui nous donnent envie de sortir", confie Christian Mellon, ancien rappeur d’une quarantaine d’années.

Tout a commencé par les apéros sur un bateau, en détournant le concept de la traditionnelle excursion maritime pour découvrir les calanques. A 19h, tous les dimanches, il embarque 250 personnes pour un apéro dans la rade de Marseille, avec un retour à 22h30. Sa signature ? Une programmation musicale avec live et DJ, éclectique et recherchée : électro, rock, hip-hop… et une offre de fooding.

Désormais, Borderline organise régulièrement des soirées, souvent jusqu’à 1h du matin, dans des lieux insolites tels que le théâtre Sylvain, le stade Vélodrome, la salle des rotatives du journal La Marseillaise, la calanque de Niolon…

Sollicité en 2015 par le Mucem (musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), le collectif a aussi inventé les Nuits Vernies. Au programme donc, trois fois par an : visite nocturne, guidée et gratuite de l’exposition temporaire du musée, suivie d’une soirée avec DJ.

Enfin, après avoir également créé des bars éphémères, Christian Mellon a posé ses valises dans le quartier Saint-Victor, au Repaire, un bar pour l’apéro et le déjeuner, ouvert du mercredi au samedi.

Fêtard, noctambule mais aussi papa, il a répondu à nos questions sur les adresses qui le font vibrer à Marseille.

Un bar où boire un verre avec des amis ?

Le Repaire bien sûr ! Sinon, le Richelieu, un bar sur la plage des Catalans ouvert en catimini l’an dernier, par l’hôtel éponyme. C’est le spot idéal pour se détendre face à la mer.

Un club où sortir le soir ?

Après une heure du matin, j’aime aller à La Dame Noir Dancing, sur le Vieux-Port. C’est une des salles du club Trolleybus, avec une musique de qualité et un public mixte en termes d’âge, contrairement à la plupart des clubs de Marseille qui sont fréquentés par une clientèle très jeune, de 18 à 25 ans.

Une adresse où passer la nuit ?

La Casa Ortega, une chambre d’hôtes stylée près de la gare Saint-Charles. J’apprécie son accueil et son côté cocooning. Sinon, j’héberge souvent les artistes de nos événements à l’hôtel La Résidence du Vieux-Port, très bien situé. J’adore sa déco rétro des années 1950.

Un lieu arty ?

Le musée Regards de Provence, pour l’atmosphère et l’architecture du lieu (une ancienne station maritime sanitaire, ndlr), pour son ouverture sur la mer avec une grande terrasse extérieure et pour sa proximité avec la Cathédrale de la Major.

Un restaurant pour un repas gastro ?

Saisons, une adresse ouverte par les chefs Julien Diaz et Guillaume Bonneaud dans le quartier de Castellane. Comme son nom l’indique, ils font la part belle aux produits de saison, comme l’asperge de Corse au printemps par exemple. Le midi, ils proposent un menu accessible à 29 €.

Une balade en amoureux ?

Emmener sa belle au Château d’If. Il suffit d’emprunter une des navettes. Il y a même un restaurant sur place.

Une sortie avec les enfants ?

J’aime bien emmener mes enfants au jardin du Pharo, pour la vue somptueuse sur le Vieux-Port, en arrière plan de l’aire de jeux. Sinon, avec Borderline, j’ai voulu créer un évènement où se détendre et faire la fête avec ses mômes. A partir de juillet, tous les samedis, nous allons investir les terrasses et la piscine du Tennis Club Phocéen dans le quartier de Luminy pour des "soirées" en journée, de 12h à 18h, avec transat et barbecue.

Où prendre l’air ?

Dans les calanques ! Depuis Callelongue, à la toute fin de la route des Goudes, on peut marcher jusqu’à la calanque de Marseilleveyre et déjeuner d’un plat de pâtes, chez le belge (nom donné à l’unique restaurateur de la plage, ndrl). On s’y sent au bout du monde.

Un spot de baignade ?

La calanque de Sormiou, pour son cadre minéral unique et son charme. J’habitais là-bas autrefois. En été, et les week-end, l’accès est fermé aux voitures. Il faut donc monter jusqu’au col et redescendre à pied mais cela vaut largement le coup. Sinon, l’astuce, c’est de réserver une table au restaurant Le Château et d’accéder ainsi au site avec son véhicule.

Une escapade en dehors de Marseille ?

Sur la route des crêtes, en mode road-trip entre Cassis et la Ciotat. Il y a quelque chose de l’Arizona sur cette route perchée sur les falaises du Cap Canaille.

Une adresse insolite ?

Le restaurant Le 13, au treizième étage de l’hôpital de la Timone. Une adresse bistronomique, avec vue panoramique sur la ville, ouverte à tous. C’est là que je vais quand je veux bluffer quelqu’un.

Marseille 

Aller
plus loin