Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

La nouvelle vie du Lutetia racontée par Jean-Michel Wilmotte

L'hôtel cinq étoiles va devenir le premier palace de la Rive Gauche.
L’architecte en charge de la rénovation du célèbre hôtel parisien lève le voile sur sa transformation : "Nous avons éliminé tout ce qui n’avait plus de mémoire et nous avons remis en valeur tout ce qui en avait". Extraits choisis avant la très attendue réouverture de l’hôtel le 12 juillet après 4 ans de travaux.
100 cent ans d’histoire

"Le challenge que nous avions était de redonner vie à un lieu tout en respectant ses racines, son identité, sa personnalité (…) Nous avons découvert tout le travail magnifique d’ornementation réalisé sur les fenêtres, sur les corniches, sur les balustres. Vraiment extraordinaire (…). On s’est aperçus que, sous des dizaines de couches de peinture, il y avait des fresques de très grande qualité. Nous les avons dégagées, grattées, et, petit à petit, nous les avons faites réapparaître. C’est comme si nous avions retrouvé un morceau d’histoire du bâtiment de 1910."

Technologie à tous les étages

"Nous avons totalement repensé la répartition des espaces. Le nombre de clés est passé de 230 à 184. Il a fallu recomposer absolument toutes les chambres et suites en cassant toutes les cloisons. Il y a quelques mois encore, il n’y avait que de grands plateaux aux étages. Autre point très important du projet : la technologie. Toute la technologie intégrée dans les chambres est gérée par un grand tableau de bord placé à l’extérieur. L’hôtel a été mis aux normes acoustiques, électriques, de climatisation… Le confort acoustique, en particulier, est indispensable. L’insonorisation fonctionne aussi bien par rapport au boulevard Raspail et à la cour intérieure que par rapport aux chambres voisines."

Un jardin au coeur de l'hôtel

"Au rez-de-chaussée, nous avons opéré un grand changement. Au moment du concours, nous avions proposé de créer un jardin en plein cœur du Lutetia, parce que c’était l’un des seuls grands hôtels de Paris qui n’en avait pas. Pour cela, nous avons pris le parti de supprimer un des salons existants (…) Ce jardin devient le nouveau cœur de l’hôtel avec, d’un côté, le salon Saint-Germain et de l’autre l’Orangerie. L’Orangerie fait office de salle de petit déjeuner ou de salle de conférence, selon les besoins de l’hôtel. Il y aura aussi sur ce jardin un petit salon-bibliothèque qui sera très intéressant pour les amateurs de livres, et que les écrivains du quartier devraient également apprécier. Quant au Salon Borghèse, lui, il devient désormais le Bar (…) La Brasserie est un autre espace important de l’hôtel. Elle avait été très abîmée. Nous avons retrouvé la double hauteur sous-plafond qui existait à l’origine du bâtiment. C’était un endroit étouffant. Nous allons retrouver un espace généreux."

De nouvelles touches artistiques

"Nous avons, comme à l’époque, fait intervenir des artistes contemporains. Fabrice Hyber signe la verrière du Salon Saint-Germain. La fresque qu’il est en train de poser en ce moment est très transparente, faisant apparaître l’architecture de la verrière au travers. Nous aurons aussi une œuvre originale de Jean Le Gac. Il propose un très beau travail qui racontera l’histoire des 100 dernières années, à travers des fresques qu’il va créer sur les colonnes qui structurent la Brasserie."

Mobilier et décoration sur mesure

"Que ce soit dans les appliques en verre, les traitements des sols, des murs, les poignées de porte, les lavabos, la robinetterie, les luminaires… tout a été conçu et dessiné spécifiquement pour le Lutetia. Nous nous sommes battus tout au long du projet pour ne pas retrouver du mobilier standard, sortant des catalogues. La réinterprétation du mobilier a vraiment été passionnante (…) Entre les traces du passé restaurées, les éléments nouveaux créés, et le mobilier nouveau légèrement inspiré des années 1910, un dialogue s’établit."

Se rendre au Lutetia à Paris