Un autre regard sur les vignes de Bordeaux en hiver

Et soudain du rouge au milieu des vignes… L’artiste plasticienne Nathalie Rodach a donné une nouvelle couleur au domaine de Château Palmer, près de Bordeaux, le temps d’une installation artistique l’hiver dernier. On la suit sur ces terres légendaires de Margaux.
Sève éphémère

Le domaine de Château Palmer est devenu en février dernier le terrain de jeu grandeur nature de l’artiste Nathalie Rodach. Inspirée par la notion de sève brute, désignant le grand courant ascendant qui circule dans les vaisseaux conducteurs des végétaux, la plasticienne a déployé un kilomètre de pigment rouge dans le vignoble, traçant des veines qui convergent vers le chai du domaine.

Sève éphémère

Le domaine de Château Palmer est devenu en février dernier le terrain de jeu grandeur nature de l’artiste Nathalie Rodach. Inspirée par la notion de sève brute, désignant le grand courant ascendant qui circule dans les vaisseaux conducteurs des végétaux, la plasticienne a déployé un kilomètre de pigment rouge dans le vignoble, traçant des veines qui convergent vers le chai du domaine.

Saisir l'insaisissable

La performance artistique a été filmée à trois échelles différentes : avec un drone pour une vue d’ensemble, caméra à l’épaule pour une vision à hauteur d’homme, et en vues macroscopiques. Montrant que plus on s’en approche, moins les traces sont perceptibles, l’artiste cherche à exprimer "le futur insaisissable". Ces vidéos ont ensuite été présentées à la galerie bordelaise Arrêt sur l’Image, accompagnées d’une grande installation de 180 dessins à la sanguine.

200 ans d'histoire

Lorsque le Lieutenant-Colonel Charles Palmer rachète la propriété viticole en 1814, elle est déjà reconnue pour la très grande qualité de ses vins, dégustés à la cour de Versailles. Il s’emploie alors pendant près de 30 ans à accroître l'aura de ce lieu qui portera désormais son nom. Les frères Pereire, nouveaux propriétaires, y feront bâtir un château néo-Renaissance en 1856.

Nouveau changement de mains après la crise des années 1930 : quatre dynasties participent à la reconnaissance internationale de son vin. Leurs descendants confieront la gestion de Château Palmer à Thomas Duroux avec pour mission de "continuer à faire évoluer le domaine dans un esprit plus responsable, attentif au monde qui l’entoure".

Trônant sur la rive gauche du vignoble bordelais, tout près de l’estuaire de la Gironde, Château Palmer bénéficie d’un terroir exceptionnel et d’un encépagement assez inhabituel en Médoc. Merlot et Cabernet Sauvignon y cohabitent en proportions égales en couvrant chacun 47% du domaine. S’y ajoute une touche de Petit Verdot pour une alliance à nulle autre pareille.

L'excellence toujours

Troisième Grand Cru Classé selon la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855, Château Palmer est reconnu comme l’une des icônes de l’appellation Margaux, avec des millésimes devenus légendaires. Loin de se contenter de cette renommée, le domaine vinicole poursuit cette quête de l’excellence : il fait partie des pionniers en s’initiant à la biodynamie dès 2008. Six ans plus tard, la totalité du domaine est convertie en biodynamie.