Dans les coulisses de Nausicaà : on a testé le parcours, et c'est bluffant!

Inspiration

Hauts-de-FranceNature et Activités OutdoorLittoral En famille

Une raie aigle ocellée dans le bassin océanique du nouveau Nausicaà.
© Alexis ROSENFELD / Divergence - Une raie aigle ocellée dans le bassin océanique du nouveau Nausicaà.

Temps de lecture: 0 minPublié le 1 février 2023

À Boulogne-sur-Mer dans les Hauts-de-France, le Centre National de la Mer plonge ses visiteurs dans un incroyable "Voyage en haute mer". Son extension est conçue autour d’un bassin classé comme le plus grand aquarium d'Europe. France.fr l’a testé pour vous. Voici pourquoi il faut vivre l’expérience sans attendre.

1 - On descend vers les abysses

L'aquarium des méduses dorées du nouveau parcours de Nausicaà.
© J. Alexandre - L'aquarium des méduses dorées du nouveau parcours de Nausicaà.

Le parcours se déploie en pente douce, comme une lente descente sous-marine à la rencontre des espèces peuplant les eaux froides du Pacifique. On y admire méduses dorées, raies aigles, mérous, murènes, requins, poissons luminescents et autres bancs de sardines. La luminosité diminue progressivement, la lumière disparaissant en plongée à partir de 100 mètres de profondeur. On s’y croirait !

2 - On se sent tout petit

J. Alexandre
© J. Alexandre

Arrivé au terme de la descente, on atteint le clou du spectacle : le plus grand aquarium d’Europe, vaste comme 4 piscines olympiques. Pas moins de 20.000 poissons y évoluent, dont un couple vedette de raies manta venues de Floride et une dizaine de jeunes requins marteaux nés sur les côtes australiennes. On les observe depuis une faille de 7,5 mètres de hauteur, un incroyable tunnel incurvé de 18 mètres de long et un amphithéâtre ouvrant sur une immense baie de 20 mètres de long et 5 mètres de haut. Fascinant.

3 - On est sensibilisé à la préservation de la biodiversité

L'un des soigneurs du service aquariophilie de Nausicaà.
© Alexis ROSENFELD / Divergence - L'un des soigneurs du service aquariophilie de Nausicaà.

La vocation de Nausicaà est autant de faire rêver que de sensibiliser les visiteurs, notamment le jeune public, à la protection des océans. "Des animations sont programmées chaque jour avec le nourrissage des raies manta et requins-marteaux ainsi que la plongée de nos soigneurs que les visiteurs pourront suivre et auxquels ils pourront poser des questions en direct grâce à des équipements spéciaux", explique Stéphane Hénard, le responsable du service aquariophilie. Des soigneurs et soigneuses passionnés, dont la mission est de faciliter la rencontre entres les visiteurs et les animaux. Ludique, scientifique et pédagogique.

4 - On déconnecte

L'aquarium aux mérous.
© J. Alexandre - L'aquarium aux mérous.

Il faut environ 4 h 30 pour découvrir le Centre National de la Mer si l'on y ajoute la visite de l'exposition « Dans l'œil du Climat » et du parcours « Des rivages et des hommes » consacré à la gestion des espaces littoraux. Ces espaces ont conservé leurs attractions phares avec le grand récif corallien, la fosse aux requins, les rochers où gambadent des manchots du Cap, l'aquarium aux caïmans, l'entrainement des lions de mer de Californie, le bassin tactile… Une expérience qui vaut bien d’y consacrer une journée complète et d’oublier son smartphone !

5 - On admire le défi architectural

Maquette d'une vue aérienne du nouveau Nausicaà conçu par le cabinet d'architecte de Jacques Rougerie.
© J et S Rougerie - Maquette d'une vue aérienne du nouveau Nausicaà conçu par le cabinet d'architecte de Jacques Rougerie.

Nausicaà possède dans ses cartons un ultime projet d’agrandissement pour aborder la question des pôles, de la fonte des glaces et du réchauffement climatique. Cette aile achèvera de donner au Centre national de la mer l’allure d’une raie Manta, icône observable depuis les hauteurs de Boulogne-sur-Mer.

En attendant, on admire l’ouvrage aux dimensions exceptionnelles, véritable défi architectural, aquariologique et technique. Inutile d’attendre pour revenir…

Conseils et recommandations

Nausicaà est accessible en train, à vélo, par bateau, mais aussi en bus ! Vous pourrez donc profiter de multiples moyens de mobilité douce pour venir visiter ce lieu engagé dans la préservation de l'environnement.  

Par Stéphane Jaladis

Journaliste amoureux des voyages en France en quête des petits et grands trésors de nos régions. Un goût marqué pour le littoral et les sommets enneigés.

Voir plus