Les merveilles du Mercantour, de refuge en refuge

Inspiration

Alpes - Mont BlancNature et Activités OutdoorMontagne

Randonnée dans le Parc du Mercantour dans les Alpes du Sud.
© alpha06 / Adobe Stock - Randonnée dans le Parc du Mercantour dans les Alpes du Sud.

Temps de lecture: 0 minPublié le 9 avril 2024

Sur le dernier tronçon du GR5, qui traverse les Alpes, l’itinéraire Larche - Saint-Dalmas-Valdeblore vous guide au cœur du parc du Mercantour. Un cadre de randonnée idyllique, pour partir à la découverte de l’un des plus beaux espaces naturels de France et de la culture de l’arrière-pays niçois.

De Larche à Bousieyas, faire un retour vers le futur

Le vallon du Lauzanier dans la Haute-Ubaye.
© Dragon.S / CRT Provence-Alpes-Côte d'Azur - Le vallon du Lauzanier dans la Haute-Ubaye.

Sac sur le dos, chaussures de marche aux pieds, vous voilà prêt à quitter le petit village de Larche, situé près de la frontière italienne, pour rallier le hameau de Bousiéyas. Sur votre parcours, vous croiserez la route d’un chef-d’œuvre de modernité. Avec sa structure en forme de tente et ses lignes qui ne sont pas sans rappeler le style de Le Corbusier, l’église de Notre-Dame-des-Neiges, bâtie à l’occasion des Jeux Olympiques de 1968, témoigne de la volonté de l’époque : remplacer la petite chapelle en bois de l’Alpe d’Huez, mais aussi offrir une vue sur la Meije et ses sommets emblématiques des Alpes. On est bien loin des traditionnelles églises de montagne aux pierres brutes !

Dans le très beau vallon de Lauzanier, retour aux sources avec les cabanes traditionnelles et le parc à moutons des Eyssalps. Après avoir fait connaissance avec ces locaux à quatre pattes, le lac du Lauzanier vous accueillera pour une pause bien méritée, avec supplément "panorama imprenable".

L’option pour la nuit : le gîte d’étape de Bousiéyas, typique avec ses pierres et ses volets en bois, pour se détendre sur la terrasse.

De Bousieyas à Saint-Étienne-de-Tinée, apprivoiser la course du temps

Les moutons ne sont pas les seuls seigneurs des Alpes, comme vous le découvrirez sur le parcours qui vous mènera à Saint-Étienne-de-Tinée. Au col de la Colombière, ce sont les bouquetins qui règnent en maîtres et qui accueillent les randonneurs. Un peu plus loin, coincé entre deux sommets, Saint-Dalmas-le-Selvage vous plonge dans ses ruelles typiques d’un village montagnard, avec ses façades de schiste sombre. Après un détour pour admirer le remarquable décor peint de la chapelle Sainte-Marguerite, datée de la fin du Moyen-Âge, une chasse aux trésors vous attend au cœur du village. Les trésors en question ? Les nombreux et anciens cadrans solaires disséminés au fil des maisons.

L’option pour la nuit : le refuge aux murs de pierre de Rabuons, pour profiter de la vue imprenable sur le lac du même nom et sur la vallée de la Tinée.

De Saint-Étienne-de-Tinée à Roya, porter son regard au loin, dans un décor grandiose

Autre commune, autre chapelle, mais tout aussi immanquable. À Saint-Étienne-de-Tinée, point de départ du sentier qui vous emmènera jusqu’à Roya, la chapelle Saint-Sébastien possède l’un des rares décors extérieurs du comté de Nice, superbement conservé depuis le 15e siècle. Après la culture, sur le reste du parcours, c’est la nature caractéristique de cette région des Alpes qui se met en scène. Forêt de conifères dense et mystérieuse en allant vers Auron, panoramas sur les sommets au belvédère des Chamois à 3 000 mètres d’altitude, canyons vertigineux du vallon de Lugière… Les panneaux et les ambiances s’enchaînent dans un décor brut, jusqu’au hameau de Roya.

L’option pour la nuit : le gîte de Roya, situé en plein cœur de ce village pastoral traditionnel.

De Roya au refuge de Longon, marcher dans un paysage lunaire

Vue sur le sommet du Mont-Mounier.
© Thibault / Adobe Stock - Vue sur le sommet du Mont-Mounier.

Après avoir quitté Roya et traversé son vallon sauvage, vous entrez pleinement dans le cœur du Parc national du Mercantour. Du moins, en théorie, car en arrivant au mont Mounier, vous aurez davantage l’impression de marcher sur la lune. Grimpez au sommet de celle que l’on surnomme la Montagne noire pour avoir une vision à 360° de ce paysage hors du temps et profiter d’un des plus beaux points de vue des Alpes du Sud, perché à 2 585 m d’altitude. Le dépaysement continue ensuite au mont Démant, ceinturé de hautes barres de calcaire, où subsistent encore les ruines d’un petit observatoire créé en 1893.

L’option pour la nuit : la vacherie-refuge de Longon, tenue par une famille d’éleveurs qui produit sur place des fromages au lait de vache ou de brebis.

Du refuge de Longon a Saint-Sauveur-sur-Tinée, devenir incollable sur la flore locale

L'église et le village de Roure dominant la vallée de la Tinée.
© Mossot / Wikimedia Commons - L'église et le village de Roure dominant la vallée de la Tinée.

Après un copieux petit-déjeuner à la vacherie de Roure, composé de produits de la ferme, c’est parti pour une découverte privilégiée de la flore locale. De la majestueuse forêt de la Fracha jusqu’au village de Saint-Sauveur-sur-Tinée, en passant par l’arboretum de Roure, les sentiers de randonnée vous invitent à la déambulation parmi les nombreuses essences d’arbres, pin sylvestre, alisier blanc, châtaignier, noyer royal ou encore sapin blanc. Enfin, après la végétation, c’est le patrimoine de la région qui se dévoile au village médiéval de Roure, où les maisons violettes constituent un témoignage vibrant de l’architecture agro-pastorale typique des Alpes.

L’option pour la nuit : le tout nouveau tout beau gîte d’étape de Saint-Sauveur-sur-Tinée, inauguré en 2018 en plein cœur du village.

De Saint-Sauveur-sur-Tinée à Saint-Dalmas-Valdeblore, s’immerger dans la culture de l’arrière-pays niçois

La vue depuis le fort de Rimplas.
© Scailyna / Wikimedia Commons - La vue depuis le fort de Rimplas.

Depuis la chapelle Saint-Roch, dans les hauteurs de Saint-Sauveur-sur-Tinée, rejoignez l’ancienne route qui reliait la commune aux hauts villages de Valdeblore pour faire un bond dans l’histoire de la région et ses particularités. À commencer par les "roubines", ces petits canaux d’assainissement caractéristiques qui vous permettront de contourner le vallon de Roubinastre. Au village de Rimplas, revivez l’épopée du tout premier fort de la ligne Maginot construit dans la commune, ou imprégnez-vous du folklore local en poussant la porte du Petit musée des Traditions populaires.

L’option pour la nuit : le gîte Les Marmottes pour se mettre les pieds sous la table, face à la grande cheminée.

Par Aude Jouanne

Journaliste spécialisée voyage, lifestyle et environnement

Voir plus