13 nouvelles tables qui nous mettent l'eau à la bouche

A nous les petits plats dégustés en salle ou en terrasse dans des restaurants enfin rouverts. Depuis des mois, ils ont eu le temps de mitonner leur carte, de faire mijoter des concepts et au menu, il y a de la nouveauté, de Lille à Lyon, de Marseille à Nantes. Sélection de bonnes adresses aux fourneaux tout juste étrennés.

Le plus haut perché, NŪ à Lille

Attendu de longue date, voilà le premier restaurant-bar lillois avec rooftop et panorama spectaculaire à 360°. Perché face au centre commercial Euralille et entre les deux gares de la métropole, NŪ (qui se prononce Nous) a bien l’intention de rassembler autour d’une cuisine généreuse. Membre du collectif Mange Lille (Lien externe) , le chef et initiateur du projet Maxime Schelstraete y promet de la convivialité du matin au soir et une carte adepte des produits du terroir et des circuits courts.

(Lien externe)

Le plus provençal, Bec restaurant, dans la Vallée des Baux en Provence

C’est à Paradou, au cœur de la belle Provence, entre garrigues et champs de lavandes, qu’Edouard Beaufils et Jessica Cogoni ont posé leurs valises et fourneaux après plusieurs expériences en Europe et à l’international. Des initiales de leurs deux noms est né ce "Bec", installé au pied des Baux de Provence dans un mas familial ensoleillé où la cuisine vibrante se prolonge d’un service chaleureux et dynamique. Lui en cuisine, elle en salle : on picore du bon et de la bonne humeur aux savoureux accents du sud.

Bec (Lien externe)

Le plus solaire, Le Présage à Marseille

On n’a encore jamais vu ça ni en France, ni même en Europe : un restaurant solaire, certes en version expérimentale mais qui brille déjà par son originalité. Sorti de l’imaginaire d’un ingénieur devenu cuisinier, le concept du Présage, qui se la joue guinguette cette année sur les hauteurs de Château Gombert à Marseille, vise le registre gastronomique au sein d’une forêt comestible dès 2022. Pour l’heure, la carte ensoleillée, d’inspiration végétale et flexitarienne, profite de la parabole solaire et de son fourneau associé. Impressionnant !

Le Présage (Lien externe)

Le plus royal, le Grand Contrôle-Ducasse, à Versailles

Voyager dans le temps, au cœur même du domaine du château de Versailles, avec vue sur le parterre de l’Orangerie et la pièce d’eau des Suisses, c’est l’expérience exceptionnelle que propose l’hôtel Le Grand Contrôle – Airelles Château de Versailles qui accueille ses premiers hôtes ce printemps. Avec le Pavillon Dufour comme écrin, le restaurant Ore-Ducasse au Château de Versailles ajoute à la magnificence du lieu en interprétant avec audace la haute cuisine française, inspirée de recettes d’autrefois. Dans un décor d’or et de lumière, de la tenue des serveurs aux arts de la table du XVIIIe siècle réédités, les diners transportent les convives dans le monde du faste royal…

Ducasse au château de Versailles (Lien externe)

Le plus dans les vignes, Les Belles Perdrix au Château Troplong Mondot à Saint-Emilion

Niché au cœur du vignoble du château Troplong Mondot, Les Belles Perdrix rouvrent après 3 ans de rénovation. Le chef étoilé David Charrier veille désormais aux plaisirs de la table en s’approvisionnant en direct dans le potager en permaculture aménagé dans la propriété. Des producteurs locaux apportent leur contribution pour une cuisine sincère et intuitive, éveillant les sens. Cerise sur le gâteau, le nouveau chef pâtissier, Adrien Salavert comblera les becs sucrés.

Les Belles Perdrix (Lien externe)

Le plus alpin, La dame de Pic- Le 1920 à Megève

Le 1920, table gastronomique du Four Seasons Hotel Megève accueille en cuisine une nouvelle dame, Anne-Sophie Pic, et l’associe désormais à son enseigne. La cheffe la plus étoilée au monde a imaginé une carte à la rencontre du terroir savoyard en association avec une cueilleuse locale. Bourgeon de sapin, reine des prés, mélilot, carvi, berce… Sous l'impressionnante voûte en bois de la salle ou sur l’élégante terrasse avec vue sur les Alpes, quand petites fleurs et alpages se piquent de gastronomie, l’expérience culinaire atteint des sommets.

La Dame de Pic (Lien externe)

Le plus champêtre, le Domaine de Primard, près de Giverny

Dans un domaine champêtre de 40 hectares niché au bord de l’Eure, une belle demeure où séjourner et une bonne table mettent au vert entre château, longères, corps de ferme et spa. Au restaurant, le chef multi-étoilé Eric Frechon est aux commandes et promet d’exalter l’atmosphère bucolique et authentique des lieux pour une expérience à chaque fois singulière : le restaurant gastronomique et le bistrot, entre cerisiers et pommiers, et la table d’hôtes installée dans l’ancienne cuisine de la maison principale.

Domaine de Primard (Lien externe)

Le plus French Riviera, Bocca Nissa à Nice

En lieu et place de l’institution Le Hussard, Bocca a pris ses quartiers à Nice (Nissa), idéalement situé à l’entrée du Cour Saleya et à deux pas du bord de mer. La nouvelle adresse réveille la côte avec une équation prometteuse : belles assiettes de partage inspirées de la Méditerranée, rooftop verdoyant et ambiance joyeuse. Pas de hasard, l’un des piliers du projet, Jean Valfort, est un enfant du pays et voue un amour sans limite à sa ville d’origine et de cœur.

Bocca Nissa (Lien externe)

Le plus généreux, Le Bouillon du Commerce à Nantes

Le Bouillon évoque ces restaurants du XIXe siècle servant une cuisine française traditionnelle et notamment du bouillon, d’où leur nom. Il en existe encore quelques-uns réputés à Paris pour leurs prix abordables. Nantes se lance dans l’aventure culinaire sur la grande place du Commerce. Dans un décor d’époque, le restaurant de 250 places en salle et terrasse espère relever le défi de la convivialité avec une carte de plats populaires, généreux et accessibles.

Le Bouillon du Commerce (Lien externe)

Le plus en vue, L’Observatoire du Gabriel à Bordeaux

Un immeuble Grand Siècle signé Ange-Jacques Gabriel, au cœur du Bordeaux historique, sur la magnifique place de la Bourse que dessina cet architecte du roi Louis XV… Tel est l’écrin du Gabriel, dont l’ouverture à l’automne dernier, même pour quelques jours, a créé l’évènement. Un bar au décor feutré au rez de chaussée, un bistro élégant au premier et au sommet un restaurant gastronomique de 35 couverts justement baptisé l’Observatoire. Le jeune chef étoilé Alexandre Baumard y officie de main de maître pour une expérience culinaire de haut-vol avec carte des vins pointue et ambitieuse.

Le Gabriel (Lien externe)

Le plus méditerranéen, le Chelala à Toulouse

Dans un décor industriel aux murs bruts et aux couleurs qui claquent, le Chelala ne passe pas inaperçu dans le quartier Victor-Hugo, l’un des plus animés du moment à Toulouse. Avec le chef Gad Azran, ancien de chez Ducasse, du restaurant Jean-Georges à New York et du très chic Market, avenue Matignon à Paris, aux commandes, c’est à un voyage autour de la Méditerranée que convie la carte. Saveurs du Liban, de Grèce, d’Israël, du Maroc ou de Turquie ensoleillent les papilles avec de grands plats à partager, pour ne rien rater.

Chelala (Lien externe)

Le plus convivial, Food Society à Lyon

Et un de plus ! Après La Commune, Heat et Food Traboule, voilà Food Society, le quatrième Food Court en 4 ans à prendre ses aises dans la capitale des Gaules. Ce nouveau temple culinaire aux dimensions XXL (3 000 m2, 10 kiosques de restauration, un bar et une grande terrasse) s’installe au sein du centre commercial de la Part-Dieu. Food Society promet "à voir et à manger" : un décor coloré, des signalétiques qui décoiffent, des cuisines maison, des rendez-vous festifs et un engagement zéro plastique. Au casting entre autres, l’épicerie-comptoir de La Mère Brazier, l’institution lyonnaise doublement étoilée et le Café Terroir pour de la cuisine de marché.

Food Society (Lien externe)

Le plus Dolce Vita, Gigi à Ramatuelle sur la Côte d'Azur

Les pieds dans l’eau et en attendant Gigi à Paris cet automne, bienvenue sur la plage de Pampelonne, dissimulée sous la pinède à deux pas de Saint-Tropez. Bien plus qu’un restaurant, cette "maison secondaire" se veut un lieu de vie pour se reposer, partager et créer des souvenirs inoubliables. Dans l’assiette, Gigi met à l’honneur une cuisine alliant les classiques de la cuisine italienne et les plats méditerranéens incontournables. Il faudra attendre décembre 2021 pour découvrir la résidence de Gigi à la montagne, sur les hauteurs de Val d’Isère.

Gigi (Lien externe)

Et à Paris ?

On savoure aussi la réouverture des restaurants dans la capitale avec de nouvelles adresses qui vont faire parler d’elles. Du Forest au sein du Palais de Tokyo à l’incroyable Halle aux Grains, la table de Michel et Sébastien Bras aux fourneaux, nichée au dernier étage de la Bourse de Commerce tout juste inaugurée. Retrouvez notre sélection ici.

Aller
plus loin