Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

5 minutes pour tout savoir sur les parfums de Grasse

Et si on tournait le dos aux plages de la Côte d’Azur ? Grasse vous attend, tout près, caché sur les hauteurs de l’arrière-pays cannois. «Capitale mondiale du parfum», des fragrances mythiques y ont vu le jour. Prenez donc 5 minutes pour découvrir l’histoire des parfums de Grasse.
Une histoire de gants malodorants

Au Moyen Âge, les tanneurs règnent en maîtres à Grasse. Si leurs cuirs sont réputés et appréciés, l’odeur qui les précède beaucoup moins… Pour ne plus froisser les narines de ses clients, Galimard aura le premier l’idée de tremper ses gants dans des bains parfumés aux senteurs des jardins provençaux : lavande, myrte, jasmin, rose, fleur d’oranger sauvage ou encore mimosa.

Trois noms à retenir

Ils sont faciles à mémoriser : tous se terminent par –ard ! Fragonard, Molinard et Galimard : si ces trois patronymes reviennent sans cesse dans l’histoire du parfum à Grasse, l’un de ces messieurs n’était cependant pas parfumeur…

Un intrus chez les parfumeurs ?

C’est Eugène Fuchs qui en 1926 ouvrit la désormais célèbre parfumerie Fragonard, et non Jean-Honoré Fragonard. Ce dernier était en effet… peintre. (Le sulfureux tableau Le Verrou, c’est lui.) Rien à voir donc. Ce faisant, Fuchs a voulu rendre hommage à l’artiste grassois et, à travers lui, à la ville qui l’avait accueilli avec sa famille. L’histoire ne dit pas si Fragonard avait du nez…

Lexique de la parfumerie

Nez : créateur de parfum disposant d’un sens de l’odorat particulièrement développé.
Jus : concentré de parfum.
Absolu : concentré de fleur pur.

Le Nez, c’est vous.

Rien de plus désagréable que de croiser quelqu’un qui porte le même parfum que soi. Pour laisser flotter une impression unique dans votre sillage, direction l’Atelier de Tarinologie de Molinard, pour une initiation à la science du parfum et la confection d’une fragrance 100 % vous.

Le nom de la rose

Mai est le moment idéal pour découvrir Grasse. C’est le seul mois de floraison de sa fleur star : la bien nommée rose de mai. Son parfum est aussi enivrant qu’éphémère : quelques heures et puis s’en va. C’est donc tôt le matin, à peine éclose, qu’elle est cueillie, puis distillée dans l’après-midi. Impossible à reproduire artificiellement, les plus grands créateurs en réservent le précieux absolu avant même la récolte.

Le jasmin de Chanel

Si le jasmin de Grasse est aussi emblématique que la rose de mai, c’est qu’il constitue l’ingrédient incontournable d’un des parfums les plus iconiques au monde : le N° 5 de Chanel. La quasi totalité de la production de la région lui est destinée. Plus de jasmin, plus de N° 5.

Mais pourquoi N°5 ?

Lorsqu’elle rencontre Ernest Beaux à Grasse en 1921, la grande Coco Chanel lui commande « un parfum de femme à odeur de femme ». Et comment l’appellerons-nous ? En jetant son dévolu sur l’échantillon n° 5, la créatrice aurait répondu : « Je lance ma collection le 5 mai, 5e mois de l’année, laissons-lui le nom qu’il porte et ce numéro 5 lui portera chance. »

La playlist pour aller plus loin
  • Le livre à lire : Le parfum, histoire d’un meurtrier, de Patrick Süskind.
  • L’usine à visiter : L'usine historique de la maison Fragonard, et le musée de la Parfumerie, au 1er étage, où sont également exposées 13 œuvres du peintre grassois.
  • L’atelier à faire : L’Atelier de Tarinologie, chez Molinard évidemment, pour créer sa propre fragrance.

Comment se rendre à Grasse