Lyon : 8 étapes pour une virée nocturne dans la ville des lumières

Inspiration

LyonDivertissements et Vie NocturneCulture et patrimoineVilles

Vue sur la basilique de Fourvière et le palais de justice de Lyon.
© Adobe Stock/Rochagneux - Vue sur la basilique de Fourvière et le palais de justice de Lyon.

Temps de lecture: 0 minPublié le 14 mars 2024

Dès le coucher du soleil, la ville de Lyon s’embrase. Quelque 350 monuments et sites emblématiques s’éclairent, en s’inspirant du Plan Lumière instauré il y a près de 30 ans, mais adapté aux nouveaux enjeux de ces dernières années. Au programme, une écriture lumière renouvelée avec pour axes : la qualité de la lumière, la sobriété pour prendre soin de la nuit et des réponses aux besoins et usages des citoyens. L’occasion de redécouvrir la place des Jacobins, la basilique de Fourvière ou encore le Grand Hôtel-Dieu sous un jour nouveau.

Basilique de Fourvière

La basilique de Fourvière, à Lyon.
© Adobe Stock/Marylène - La basilique de Fourvière, à Lyon.

Perchée sur la colline du même nom, la basilique de Fourvière veille sur les Lyonnais depuis le XIXe siècle. Son inauguration est même à l’origine de la célèbre Fête des Lumières qui illumine Lyon chaque année en décembre. Le reste de l’année, ce monument emblématique de la silhouette de la ville fait l’objet d’un éclairage nuancé, dont l’intensité varie selon les différentes parties du monument, nimbant l’ensemble d’un halo de mystère.

Notre-Dame de Fourvière

Place des Jacobins

La place des Jacobins et sa fontaine à Lyon.
© Constance Dive - La place des Jacobins et sa fontaine à Lyon.

À Lyon, qui dit place dit fontaine ! Et celle des Jacobins est sans conteste l’une des plus jolies de la ville. Déjà très belle à la lumière du jour, la fontaine de marbre blanc réalisée par Gaspard André est sublimée à la tombée de la nuit par un savant jeu d’éclairage entre l’eau et la pierre, mettant en valeur les statues représentant quatre fameux artistes lyonnais.

Rives de Saône et du Rhône

La passerelle du Collège, à Lyon.
© Adobe Stock/Jackzc - La passerelle du Collège, à Lyon.

Lyon peut se vanter d’être traversée par deux cours d’eau, le Rhône et la Saône, qui forment une presqu’île au cœur même de la ville. Les différents ponts et passerelles qui les enjambent sont ainsi autant de points de vue privilégiés pour admirer la ville tandis que les quais sont la promesse de jolies promenades, de jour comme de nuit. Les deux cours d’eau profitent en effet d’un éclairage dédié : blanc pour le Rhône qui prend sa source dans un glacier et jaune pour la Saône et ses alluvions.

Le Palais de Justice

Le Palais de Justice de Lyon.
© Constance Dive - Le Palais de Justice de Lyon.

Cet édifice, signé de l’architecte Louis-Pierre Baltard, est l’un des premiers à avoir été mis en lumière par la ville. Il faut dire que les 24 colonnes corinthiennes qui composent sa façade néo-classique se prêtent à de magnifiques jeux de lumière. Trois tableaux différents y sont ainsi présentés chaque soir. Tout aussi majestueux à l’intérieur, le Palais de Justice abrite notamment une salle des pas perdus de 625 m² sous une voûte de 17 m de haut. Spectaculaire !

Opéra National de Lyon

Campé face à l’Hôtel de Ville, entre Rhône et Saône, l’Opéra National de Lyon ne passe pas inaperçu. En cause, son immense verrière cylindrique posée sur la façade historique de l’opéra datant de 1831, seul élément d’origine conservé par l’architecte Jean Nouvel lors de sa reconstruction au début des années 90. Étonnant, il l'est encore plus la nuit venue, les soirs de représentations, lorsque son dôme et les huit muses ornant la façade s’éclairent de rouge, clin d’œil au velours traditionnel des salles de spectacles.

Opéra National de Lyon

Théâtre des Célestins

Le Théâtre des Célestins à Lyon.
© Adobe Stock/Mihai-Bogdan Lazar - Le Théâtre des Célestins à Lyon.

Cet édifice du XIXe siècle tient son nom du couvent des moines de l’Ordre des Célestins qui occupèrent le site pendant près de trois siècles. En 1792, le couvent laissa la place au Théâtre des Variétés. Mais il faudra attendre la fin du XIXe siècle et l’intervention de l’architecte lyonnais Gaspard André – à qui l’on doit également la fontaine des Jacobins – pour que le théâtre prenne sa forme actuelle, à savoir une salle à l’italienne. Le Théâtre des Célestins est aujourd’hui une étape incontournable de la Fête des Lumières.

Théâtre des Célestins

Grand Hôtel-Dieu

Le Grand Hôtel-Dieu de Lyon.
© Brice Robert - Le Grand Hôtel-Dieu de Lyon.

Cet ancien hôpital – dans lequel a notamment officié Rabelais – a entamé en 2015 un vaste projet de reconversion en un lieu de vie dédié à l’art de vivre. Si des commerces et autres restaurants y ont déjà pris leurs quartiers, on attend avec impatience dans le courant de l’année l’ouverture d’un hôtel 5 étoiles InterContinental ainsi que celle de la Cité de la Gastronomie. D'ici là, on ne se lasse pas d’admirer sa façade de 325 mètres de long et son Grand Dôme signés de l’architecte Germain Soufflot, qui n’est pas sans rappeler une autre réalisation de ce dernier : Le Panthéon, à Paris. Grand Hôtel-Dieu

Parc de Gerland

Le Parc de Gerland à Lyon.
© Constance Dive - Le Parc de Gerland à Lyon.

Installé le long du Rhône, sur un ancien site industriel, le parc de Gerland est dédié aux loisirs et à la promenade. A la tombée de la nuit, le parc se mue en un véritable jardin extraordinaire grâce à un éclairage coloré et une installation sonore mettant en valeur la végétation. Un univers onirique à découvrir dès la tombée de la nuit et jusqu'à 22 heures.

Parc de Gerland

Par Constance Dive

Voir plus