Versailles revisité par le compositeur Thylacine

Inspiration

ParisCulture et patrimoine

Le compositeur de musique électronique Thylacine pendant ses prises de son au château de Versailles.
© THOMAS GARNIER - Le compositeur de musique électronique Thylacine pendant ses prises de son au château de Versailles.

Temps de lecture: 0 minPublié le 11 janvier 2023

Vous avez peut-être déjà visité Versailles… mais l'avez-vous déjà écouté ? C’est l’expérience originale menée par l’artiste français Thylacine, qui s’est immergé dans l’univers sonore du château de Versailles pour créer un morceau de musique hors du commun. Suivez-nous pour une visite pas comme les autres.

La petite musique du château de Versailles

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

Une cloche sonne. Un carillon carillonne, et le mécanisme d’une horloge se met en route. Un lustre en cristal tinte sous l’effet d’un courant d’air. Plus loin, le parquet grince alors qu’une clé claque dans une serrure. Là, un clavecin plusieurs fois centenaire laisse échapper des notes de musique d’un autre temps. S’immerger dans l’univers sonore du château de Versailles est la promesse d’un formidable voyage dans le temps, sur les pas des rois de France … mais l’équipe du monument a voulu aborder ce patrimoine sonore à contre-pied, en faisant appel à l’un des artistes les plus intéressants de la scène électronique française actuelle : Thylacine.

Qui es-tu William Rezé, alias Thylacine ?

William Rezé, alias Thylacine
© THOMAS GARNIER - William Rezé, alias Thylacine

Qui est donc Thylacine, invité par le château de Versailles à en livrer son interprétation sonore? Derrière ce nom de scène se cache William Rezé, un jeune artiste aussi créatif que cérébral, à l’univers foisonnant. De formation classique, ce saxophoniste a pris le tournant de la musique électronique alors qu’il étudiait aux Beaux-Arts : le temps de se familiariser avec quelques machines, Thylacine sort plusieurs albums remarqués. Persuadé que l’environnement a beaucoup d’influence sur la musique qu’il créée, William Rezé emporte à plusieurs reprises ses machines en voyage : à bord du Transsibérien (Transsiberian, Intuitive Records, 2015), d’abord, puis d’une caravane transformée en studio d’enregistrement (Roads vol.1, Intuitive Records, 2019). Après les installations d'art contemporain, le château de Versailles prouve une nouvelle fois qu'il s'inscrit dans son époque.

Musique électro plutôt que baroque

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

Piquée de curiosité, l’équipe du Château de Versailles a eu l’idée d’inviter William Rezé à s’immerger quelques jours au cœur du monument pour créer un morceau de musique à partir de ce patrimoine sonore d’exception. Une nouvelle invitation au voyage pour le compositeur. "Je n’avais pas envie de composer quelque chose de baroque, qui serait à l’image de ce que l’on attend du Château de Versailles, explique-t-il, je voulais laisser l’histoire derrière moi et m’approprier l’univers sonore, empli pour moi de nouvelles matières premières !".

Instruments incroyables

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

De jour, de nuit, mais toujours en dehors des horaires d’ouverture au public, Thylacine rencontre les conservateurs de ce patrimoine unique au monde et s’immerge dans le faste de ces lieux où ont vécu plusieurs rois de France, de Louis XIV le roi Soleil à Louis XVI. "J’avais visité Versailles enfant, raconte Thylacine, mais cette fois ce fut une toute autre expérience. J’ai découvert des instruments incroyables, comme les clavecins ou l’orgue, et une acoustique inégalable. Dans mon clip, on me voit claquer des doigts dans une pièce vide : l’espace est un instrument à lui tout seul !"

L'horloger de Versailles

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

Pendant quelques jours, William Rezé se familiarise avec les sons du Château. L’horloger de Versailles l’emmène à la découverte de ses trésors : ici, il y a presque une pendule dans chaque salle… et le Château compte pas moins de 2300 pièces ! "Jamais je n’aurais pensé qu’une horloge puisse trouver sa place dans mon travail, s’étonne William Rezé. Grâce à l’horloger, j’ai appréhendé des mécanismes spécifiques. Au-delà des sonneries des horloges, les bruits des rouages et des mécanismes étaient pour moi les plus riches."

Dédales de couloirs

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

Et le jeune compositeur de balader sa sensibilité au hasard des pièces, de chercher son inspiration dans les dédales de couloirs, et de s’approprier les sons et les instruments. "J’ai créé des lignes de basse en jouant des cordes d’une harpe, j’ai pu enregistrer les grandes cloches qui trônent sur le toit du Château…" énumère-t-il.

Le doux son de l'orgue

THOMAS GARNIER
© THOMAS GARNIER

Mais sa grande rencontre, c’est celle de l’orgue. "Une élève d’un des organistes de Versailles m’a montré comment en jouer, puis je suis resté seul pendant deux heures avec cet instrument plusieurs fois centenaire. J’en ai tiré des sons beaucoup plus doux que ce que j’imaginais : il faut dire que je l’ai expérimenté d’une façon pas du tout académique ! Si des organistes voient mon clip, ils vont se demander ce que je fais… s’amuse-t-il. J’ai commencé à jouer quelques accords, à manipuler les tirants : ce son a été le déclencheur mélodique du morceau."

Le clip Versailles sur Youtube

La couverture de l'album "Roads Vol.1
© DR - La couverture de l'album "Roads Vol.1

Intitulé Versailles, le titre et son clip sont disponibles sur Youtube depuis le 4 juillet 2019 : une toute nouvelle façon de découvrir le château de Versailles, à travers le regard désormais intimiste que William Rezé porte sur le monument. L’un des châteaux les plus célèbres du monde a encore bien des secrets à livrer.

En savoir plus :

Par France.fr

Le site France.fr vous parle d'une France inattendue qui revisite la tradition et cultive la créativité. Une France bien au-delà de ce que vous imaginez...

Voir plus