On part à l’aventure dans les îles de Guadeloupe avec Léa Camilleri

On l’oublie souvent mais la Guadeloupe c’est un archipel avec des îles plus belles les unes que les autres. Suivez-moi pour une escapade dans ces cinq joyaux nichés dans la mer des Caraïbes.

Direction la Basse-Terre

Pour bien commencer cette aventure en Guadeloupe, on grimpe dans un bateau avec une association trop cool, le Shelltone Whale Project, composée de biologistes marins et bioacousticiens qui étudient le chant des baleines.

Aujourd’hui, on accompagne Naël et Léa pour observer et recenser les cétacés du sanctuaire Agoa. Direction le grand bleu pour dire bonjour aux dauphins.
Avec Shelltone Whale Project, ce sont les cétacés qui décident s’ils ont envie de te voir. Le respect et la protection des espèces, c’est primordial.

Soudain, un dauphin. Puis deux dauphins. Puis deux cents dauphins ! C’est complètement fou, je n’ai jamais vu ça de ma vie. Un show digne des plus belles chorégraphies de Kamel Ouali !

Et au moment de rejoindre le port… Des baleines à bec ! Quelle est la probabilité que cette espèce si rare et si timide décide de suivre notre bateau ? Je me contente d’admirer pour la première fois de ma vie des baleines et de garder un peu de dignité pour ne pas pleurer… Déjà beaucoup d’émotions pour un premier jour !

Shelltone Whale Project (Lien externe)
Basse-Terre (Lien externe)

Plein les yeux chez Tendacayou Ecolodge and Spa

On est d’accord que c’est la cabane la plus dingue du monde ? Tendacayou, c’est le lieu parfait pour chiller dans les arbres avec les bruits de la forêt. Et ça tombe bien car on a besoin d’une bonne nuit de sommeil pour l’aventure qui nous attend demain…

Tendacayou Ecolodge & Spa (Lien externe)

A l’assaut de la Soufrière

Pour pouvoir monter tout en haut du célèbre volcan de la Soufrière, il faut être accompagné d’un guide de moyenne montagne. Et c’est Abel, de l’association Bwa Lansan, qui s’y colle. Le truc avec la Soufrière, c’est qu’en haut, il n’y a que 50 jours de ciel dégagé par an. Du coup quand tu montes, tu n’es pas sûr de voir quelque chose.

C’est la randonnée la plus folle de toute ma vie, entre forêt humide et paysage désertique. J’ai mal partout, j’ai la bouche sèche, je ne sais plus vraiment bien pourquoi j’ai décidé de venir. Allez, encore un effort ! Ca y est, on est à 1 467m sur le volcan de la Soufrière. C’est à couper le souffle !

Ce volcan à fumée ardente, vieux de 200 000 ans, est toujours en activité. Il ne rejette pas de lave mais un mélange de gaz acides, toxiques et de vapeur d’eau. On est obligés de porter un masque à gaz pour pouvoir aller plus loin.

Le paysage est rocheux et chaotique, quasi lunaire, hérissé de pitons. On se croirait sur une autre planète avec tous ces cratères. On reste tous sans voix, on a perdu la notion du temps. La pluie commence à tomber sans même qu’on s’en aperçoive, c’est l’heure d’amorcer la descente.

Bwa Lansan (Lien externe)

En mode canyoning

Comme on en a pas eu assez hier, on a décidé de repartir en pleine nature, dans la jungle, cette fois-ci en mode canyoning. Ferme ta combi néoprène, ajuste ton casque et fais tes lacets parce qu’on part dévaler en rappel les canyons de Bouillante… Et on est chauds bouillants !

On est avec Ryko de chez Canopée Guadeloupe, la référence en matière de jungle. Au programme : rappel de 22 mètres sur corde, rando, saut de 8 mètres... C’est vraiment l’activité parfaite pour plonger la tête la première dans la jungle tropicale et découvrir la richesse des paysages guadeloupéens.

Canopée Guadeloupe (Lien externe)

Embarquement pour Les Saintes

C’est parti pour découvrir une nouvelle île de l’archipel de Guadeloupe… et pas des moindres alors accrochez-vous ! A 1h de bateau de Basse-Terre seulement se trouve Les Saintes, un archipel composé de deux îles : Terre-de-Haut et Terre-de-Bas. Attention aux yeux car Les Saintes fait partie du club ultra fermé des plus belles baies du monde ! Et c’est complètement mérité car Les Saintes c’est le paradis sur terre, d’une beauté à tomber par terre.

Ici c’est le panorama idéal pour sauter dans un kayak transparent et admirer la mer des Caraïbes et ses coraux qui, malgré les cyclones, repoussent avec des couleurs plus folles les unes que les autres.

On ne peut décemment pas venir aux Saintes sans goûter la pâtisserie locale : le tourment d’amour. Rien que le nom ça donne envie ! Et c’est ceux de Ciellette qu’il faut déguster.

Les Saintes (Lien externe)

Cap sur Marie-Galante

On doit attendre que la nuit tombe pour vous dévoiler la raison de notre venue. En attendant, quoi de mieux que de se promener pour découvrir cette île que je ne connaissais qu’à travers la chanson de Laurent Voulzy !

C’est le chill a l’état pur ! Autrefois réservée aux plantations de canne à sucre, l’île présente un patrimoine artisanal et historique impressionnant mais est également idéale pour profiter de la beauté de ses paysages tropicaux.

Le moment tant attendu arrive. On prend la route en direction de la plage de Folle Anse pour rejoindre Cyril de l’association EcoLambda et patrouiller avec lui cette nuit pour surveiller la ponte des tortues marines. On longe la plage à la recherche de traces de tortues qui remonteraient depuis la mer.

Ça fait bientôt 3 heures que l'on marche. Il arrive que certaines nuits il n’y ait pas de tortues qui viennent pondre sur la plage mais rien que la patrouille sous les étoiles, c’est magique.

Je ne sais pas si on a une bonne étoile depuis qu’on est en Guadeloupe mais au moment de rebrousser chemin… Une énorme tortue en train de pondre.

Ce que j’ai aimé avec EcoLamda c’est l’approche la plus respectueuse possible, la bienveillance et l’envie de partager un amour pour toute une biodiversité.

EcoLambda (Lien externe)
Marie-Galante (Lien externe)

Escale à Petite Terre

Faisons maintenant escale à Petite Terre, minuscule île sauvage qui appartient à l’île de la Désirade qui fait elle-même partie des îles de Guadeloupe. Vous suivez un peu ? Sur cette île, ce sont les iguanes qui font les shérifs, ça ne rigole pas !

On passe l’après midi à se baigner dans l’eau turquoise de la mer des Caraïbes… Quand soudain… Une tortue ! Bon… Ok j’arrête. Je crois que je ne me lasserai jamais de nager avec une tortue. C’est le meilleur sentiment du monde !

La Désirade (Lien externe)

Dernier stop à Grande-Terre

Notre dernier stop c’est Grande-Terre (Lien externe) . On ne pouvait pas venir dans les îles de Guadeloupe sans pousser la porte du Centre caribéen d'expressions et de mémoire de la traite et de l'esclavage, le Mémorial ACTe. Il est situé à Pointe-à-Pitre et c’est un lieu symbolique.

Il est important en tant que visiteur de l’archipel de mieux comprendre son histoire. En plus d’être directement celle des Guadeloupéens et des habitants de la Caraïbe, l’histoire de l’esclavage et de la traite négrière concerne toute l’Humanité.

Offrir un lieu de mémoire et de recherche, c’est fédérer le monde autour d’un passé commun mais surtout s’engager à poser la question de la liberté, de toutes les libertés et du vivre ensemble. Le Mémorial ACTe permet de dire au monde que ce combat pour la dignité humaine n’est pas terminé.

Ainsi s’achève notre aventure dans les îles de Guadeloupe. Un voyage intense dans les 5 îles de l’archipel, toutes plus belles les unes que les autres.

Pendant ces quelques jours j’en ai pris plein les mirettes. J’ai rempli mon cœur de belles rencontres comme Taïna notre guide (Lien externe) qui nous a accompagnés 24h sur 24. J’ai ri, j'ai pleuré, j’en ai bavé mais surtout je suis tombée amoureuse des îles de Guadeloupe…

Se rendre dans les Iles de Guadeloupe