Que faire ?

Visitez
la France 

Tournée des sites culturels d’exception ou randonnées aux sommets. En amoureux sur la route des vins ou en croisière avec les enfants… Quel voyage en France ferez-vous cette fois-ci ?

Les mystères du carnaval révélés par un Touloulou

Les costumes des touloulous doivent cacher intégralement leur corps et leur visage

Chaque année au moment du Carnaval de Guyane, célébré de janvier à mars*, elles sont les plus belles pour aller danser ! Qui ? Mais les Touloulous bien sûr, ces dames parées et masquées, incognito dans leurs magnifiques toilettes très colorées. Tous les samedis soirs, elles mènent le bal dans les dancings de Cayenne et d’ailleurs. Ghislaine est l’une d’elles et nous dit tout sur cette tradition typiquement guyanaise. Que la fête commence !

À 60 ans passés, vous continuez de participer aux bals parés-masqués, déguisée en Touloulou. De quand date cette attraction du Carnaval de Guyane ?

Pour moi, elle remonte à l’année de ma naissance justement, en 1949, à une époque où il y avait encore beaucoup de lépreux en Guyane. Les mamans voulaient que leurs filles, même défigurées par les séquelles de la maladie, puissent aller danser et trouvent des cavaliers. D’où ces costumes très élégants qui cachent encore aujourd’hui intégralement le corps et le visage avec cagoules, perruques et loups. Seuls les yeux se voient. Même la voix doit être transformée. Et attention, interdiction formelle de se découvrir !

Dites-nous comment se composent ces toilettes, vous qui êtes couturière et en confectionnez toujours sur commande et pour la location ?

Les Touloulous sont les reines du carnaval, elles doivent être les plus belles dans des costumes qui rappellent les belles toilettes des dames du 18e et 19e siècle. Je m’inspire des catalogues de robes de mariées mais là, il faut que ça brille ! Alors les tissus sont très colorés, scintillants, en coton satiné avec beaucoup de dentelles. À une époque, on se rembourrait le ventre et les hanches avec des coussins, pour déformer la silhouette. C’est moins à la mode aujourd’hui mais les jupons ont toujours 8 ou 9 volants et on porte collants et caleçons. C’est sûr qu’il fait chaud là-dessous mais pas question de déroger à la tradition.

"Ce sont elles qui choisissent leurs cavaliers et pas l’inverse. Et les messieurs n’ont pas le droit de refuser !"

Quel est le rituel de ces bals parés-masqués ?

Ils ont lieu tous les samedis pendant la période de carnaval, de 22 h à 6 h du matin, dans les dancings des principales villes de Guyane. À Cayenne, les deux plus connus sont Le Soleil Levant-Chez Nana, une véritable institution, et chez Polina, fréquenté par les plus jeunes. 2000 à 3000 personnes peuvent s’y retrouver. Il y « un village » avec des stands dans la cour et des gradins à l’intérieur autour de la piste de danse où s’installe le public. C’est un vrai spectacle. Les Touloulous arrivent souvent en groupe, défilent, paradent, se font admirer et, bien sûr, mènent la danse puisque ce sont elles qui choisissent leurs cavaliers et pas l’inverse. Et les messieurs n’ont pas le droit de refuser !

Parlez-nous des danses et de la musique. Sont-elles très entrainantes ?

Ah oui, la bonne humeur est garantie ! Des orchestres, dont certains très réputés, animent les bals. Par exemple, Chez Nana, celui de Victor Clet, surnommé affectueusement « Quéquette ». Avec son groupe, les Blue Stars, il met une sacrée ambiance d’autant que certaines de ses chansons racontent humoristiquement des anecdotes locales de l’année écoulée. Certains en prennent pour leur grade ! Le rythme est toujours endiablé avec des mazurkas, des polkas, des biguines et des valses mais toujours rapides et bien pimentées. On se déhanche beaucoup, toute la nuit mais cela doit rester bon enfant et les touristes sont bienvenus. Entre nous, on se taquine, on essaie de deviner qui est qui, de ne pas être démasquée. J’adore danser ainsi, pendant des heures, joliment parée et jamais avec la même tenue d’une soirée à l’autre. J’ai même gagné un prix il y a quelques années pour l’un de mes costumes. J’ai hâte que la saison commence !

  • En 2018, le Carnaval aura lieu du 17 janvier au 14 mars.

Se rendre en Guyane