Nîmes célèbre son héritage antique au musée de la Romanité

Inspiration

OccitanieCulture et patrimoine

Point de vue panoramique sur Nîmes depuis le toit-terrasse végétalisé du futur musée de la Romanité.
© Nicolas Borel - Point de vue panoramique sur Nîmes depuis le toit-terrasse végétalisé du futur musée de la Romanité.

Temps de lecture: 0 minPublié le 27 mars 2024, mise à jour le 15 avril 2024

Face à ses arènes bimillénaires, Nîmes expose son musée de la Romanité. Une invitation à découvrir la ville à l’époque gallo-romaine, à travers une scénographie innovante et de riches collections archéologiques. Avec cette adresse, la cité gardoise vous propose aussi un lieu culturel avec librairie, café et restaurant étoilé.

Saviez-vous qu’à l’époque gallo-romaine, Nîmes était le sanctuaire religieux de la province de la Narbonnaise ? Une sorte de Lourdes antique parée par l’empereur Auguste et ses successeurs d’édifices monumentaux dont certains ont traversé le temps : le temple de Diane, la Maison Carrée (inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2023), la tour Magne, les arènes...

Le musée de la Romanité invite les visiteurs à se pencher sur ce passé gallo-romain à travers la présentation de riches collections archéologiques. Voici cinq choses à savoir sur ce lieu.

Une scénographie innovante

Réalité augmentée, technologies audiovisuelles, projections immersives, cartographies interactives transforment la visite du musée en une expérience vibrante de la vie à Nîmes dans l’Antiquité.

L'architecture du bâtiment est signée par Elizabeth de Portzampar.
© Serge Urvoy - L'architecture du bâtiment est signée par Elizabeth de Portzampar.

Une architecture inspirée par la romanité

Elizabeth de Portzamparc a imaginé un bâtiment évoquant une toge romaine à travers une façade que l’on dirait drapée, avec des panneaux habillés d’une mosaïque de milliers de carreaux de verre.

Sur le tracé de l’ancienne enceinte romaine

Vers l’an 15 avant J.-C., l’empereur Auguste fait ceinturer la ville par un rempart de plus de six kilomètres flanqué de quatre-vingt tours, dont seule demeure la tour Magne. C’est la cinquième plus grande enceinte du monde romain ! La voie intérieure qui traverse le musée de la Romanité suit le tracé de cet ancien rempart.

La rue intérieure du musée suit le tracé de l'ancien rempart de Nîmes.
© Serge Urvoy - La rue intérieure du musée suit le tracé de l'ancien rempart de Nîmes.

Un lieu culturel

Une librairie, un café, un restaurant ouvert par le chef étoilé Franck Putelat ainsi qu’un jardin archéologique et méditerranéen de 3 500 m² font aussi du musée un véritable lieu de vie à Nîmes. Le point d’orgue du site ? Un toit-terrasse végétalisé avec un point de vue panoramique sur la ville.

Une célébration de l’héritage antique de la cité

Le parcours permanent du musée nîmois vous transporte à la découverte de 25 siècle d'Histoire. Ces derniers vous attendent à travers 5000 oeuvres et 65 dispositifs multimédias. Quatre séquences chronologiques se succèdent comme un sas spatio-temporel dans lequel vous observerez l'évolution de Nîmes, de son architecture et de son mode de vie. Aussi accessible aux adultes qu'aux enfants, le parcours permanent est un véritable bijou d'archéologie.

Par Rédaction France.fr

Le site France.fr vous parle d'une France inattendue qui revisite la tradition et cultive la créativité. Une France bien au-delà de ce que vous imaginez...