Exposition "Habiter la villa" de Françoise Pétrovitch, à la villa Savoye, à Poissy

Le Centre des monuments nationaux a donné carte blanche à Françoise Pétrovitch pour présenter ses œuvres à la Villa Savoye, dont une quinzaine de peintures et sculptures créées pour l'occasion par l'artiste, en dialogue avec l’esprit créatif de Le Corbusier, du 18 septembre 2020 au 24 janvier 2021.

Le Corbusier comparait la villa "Les Heures Claires" – nom original donné par les Savoye à la villa – à «une véritable promenade architecturale, offrant des aspects constamment variés, inattendus, parfois étonnants». En 2019, 38 739 personnes ont visité ce chef d'oeuvre de l'architecture contemporaine inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, et situé à 30 km à l'ouest de Paris.

On y donne à partir du 18 septembre 2020 et jusqu'au 24 janvier 2021 (nouvelles dates) une exposition d'art contemporain de Françoise Pétrovitch. L'artiste, née en 1964 à Chambéry, emploie de nombreux mediums – encre, peinture, céramique, bronze, vidéo, gravure, etc. Ses natures mortes, portraits et paysages, habités par les notions du double, de la transition et de la cruauté, laissent rarement le spectateur indemne et lui ont valu une reconnaissance internationale.

Dans le cadre de cette exposition, Françoise Pétrovitch prolonge le geste de Le Corbusier et met ses pas dans ceux de l’architecte de génie en utilisant sa technique de "Polychromie architecturale" (mise en relation des couleurs avec les espaces). L'artiste emploie la même gamme de couleurs, adaptant ses œuvres au format de l’architecture de ce fleuron du Mouvement moderne, respectant ainsi la commande d'origine d'Eugénie Savoye, commanditaire de la villa en 1928.

Les oeuvres habitent la Villa Savoye

Par petites touches, les œuvres repeuplent avec finesse la villa et ravivent la présence des habitants de la maison : peinture de bouquet dans l’entrée, céramique au chat allongé dans la cuisine, bronze du Garçon à la poupée dans la salle de bain, paysage peint au format des fenêtres bandeau dans le grand salon, bronze de Jane dans le solarium…

Parcours de l’exposition

À travers cette libre occupation des espaces de la Villa Savoye, Françoise Pétrovitch habille la demeure et réinsuffle la vie dans cette "machine à habiter" comme la qualifiait son architecte. Les peintures et les sculptures se mettent au diapason de la maison et les contraintes dimensionnelles soulignent la beauté et la justesse des proportions et des détails. À cette promenade architecturale, l’artiste ajoute des étonnements pour le visiteur qui découvre des œuvres cachées à des emplacements imprévisibles, au fil de la visite, investissant jusqu'aux espaces intimes, comme le cabinet de toilette, la cuisine ou les armoires des chambres, réveillant la mémoire des lieux avec subtilité... Ainsi, le monde familier de l’artiste à la lisière de l’imaginaire, repeuple la villa, y imprimant sa propre manière sensible d’habiter. Le succès de son intervention réside dans cette gageure : donner l’illusion que ses œuvres ont toujours vécu dans la villa Savoye et qu’elles lui sont constitutives.

Se rendre à la Villa Savoye à Poissy , à côté de Paris