Allez au contenu Allez à la navigation Allez à la recherche Change language

Les aides sociales pour les étudiants non boursiers

Etudier en France

étudiants non boursiers © Photo Alto

La situation économique et sociale des étudiants en France qui sollicitent une aide est étudiée au cas par cas lors d'une commission présidée par le directeur du CROUS. © Photo Alto

Le Fonds National d'Aide d'Urgence (FNAU) propose des aides financières aux étudiants qui rencontrent des difficultés. Les étudiants non boursiers sont particulièrement concernés.

Il peut suffire d'un loyer en retard, d'une rupture familiale ou d'un découvert à la banque pour qu'un étudiant se retrouve dans une situation susceptible de mettre en péril la poursuite de ses études en France. Depuis 2008, le Fonds National d'Aide d'Urgence (FNAU) géré par le CROUS regroupe l'aide d'urgence ponctuelle (en cas de difficultés passagères) et l'aide d'urgence annuelle (en cas de difficultés durables).

Tout étudiant inscrit en formation initiale dans un établissement d'enseignement supérieur peut solliciter l'aide ponctuelle, en prenant contact avec le service social du CROUS. Cette aide doit permettre de répondre à des situations graves et imprévisibles qui interviennent en cours d'année universitaire.

L'aide annuelle permet, elle, de répondre à certaines situations pérennes ne pouvant donner lieu au versement d'une bourse sur critères sociaux. Elle n'est d'ailleurs pas cumulable avec celle-ci, mais l'est avec les aides au mérite ou à la mobilité.

La situation économique et sociale des étudiants en France qui sollicitent une aide est étudiée au cas par cas lors d'une commission présidée par le directeur du CROUS. Si cela s'avère nécessaire, l'étudiant peut être amené à rencontrer préalablement un(e) assistant(e) social du CROUS. La commission émet un avis d'attribution ou de non-attribution de l'aide d'urgence et propose au directeur du CROUS le montant de l'aide susceptible d'être accordée.

Enfin, sachez que les Universités françaises proposent des exonérations de frais d'inscription aux étudiants non boursiers qui rencontrent des difficultés économiques. Par ailleurs, les étudiants peuvent également financer leurs études grâce à un prêt bancaire garanti par l'Etat, sans caution ni conditions de ressources.